Liste des parutions

Portrait de l’artiste en fou criminel

Auteur(s): Anouck Cape - Editeur: Grupen



Anouck Cape

Ce travail se concentre sur l’étude de romans d’avant-garde publiés entre 1903 et 1926 auxquels se joint un texte de Blaise Cendrars daté de 1948. Leur présentation chronologique met en évidence l’évolution d’une thématique centrale, celle de la parenté du fou criminel et du poète à travers laquelle le meurtre devient de plus en plus clairement une métaphore de l’insurrection sociale, elle-même transmuée en activité poétique. Ce faisant l’avant-garde subvertit l’héritage psychiatrique dans lequel elle puise très largement, et en inverse, de manière militante, l’ordre des valeurs.

Esther Tellermann - Énigme, prière, identité

Auteur(s): Aaron Prevots - Editeur: BRILL

Couverture du livre "Esther Tellermann - Énigme, prière, identitéDans Esther Tellermann: Énigme, prière, identité, première monographie consacrée à l’œuvre de l’écrivain, Aaron Prevots met en lumière un regard poétique novateur sur des réalités tant intérieures qu’extérieures. Il montre comment Tellermann (1947-) explore l’intime du monde, ses textures et ses contours, ses terres insituables semblant s’entrecroiser, et le rêve et le mythe faits tremplin pour une traversée renouvelée de l’Histoire et du deuil. Il appréhende le caractère énigmatique de longues suites de chants dont la forme peut s’apparenter à celle de la prière, ainsi que les enjeux identitaires d’un dire singulièrement ouvert à l’Autre. En examinant des textes de 1999-2019, Aaron Prevots souligne le lyrisme décentré d’un poète majeur et la présence de ses pairs comme interlocuteurs.

 

Flâneries avec Lacan dans l'atmosphère polluée des esprits et de la ville

Auteur(s): Charles Melman, Entretiens avec J-L Cacciali. - Editeur: Maison d'Edition Langage, Paris, 2021

Couverture du Livre de Ch Melman "Flâneries avec Lacan"Lacan était un furieux, ce qui ne l'incitait guère à se laisser aller à la flânerie en tant qu'elle est ouverte à l'imprévu, alors qu'il était toujours dans l'exigence de mettre la main sur l'objet voire la personne qui, à ce moment là, lui manquait. Le plus drôle était que souvent et contrairement aux névrosés il réussissait, quitte à ce que la démonstration d'un possible accomplissement prime sur ce qui était saisi. 

Mais il n'est pas interdit de le prendre par le bras pour l'entendre maugréer devant la dégradation de la vie culturelle et, une nouvelle fois, la trahisons des clercs. 

Le plus drôle encore est qu'il l'avait bien dit mais qu'on ne l'avait pas pris au sérieux quand pour ce faire, il s'était approprié l'habit du clown afin de faire entendre, serait-ce de façon avisée, qu'il n'y a pas de prophète. 

Si vous en repérez un, signalez-le à l'éditeur. 

Leçons de ténèbres avec sarcasmes

Auteur(s): Christiane Lacôte-Destribats - Editeur: Editions Galilée, 2021

Couverture du livre de Christiane Destribats "Leçons de ténèbres avec sarcasmes"

Leçons de ténèbres avec sarcasmes.

 Passage par La Chouette aveugle de Sadegh Hédayat,

 

PRÉSENTATION

Quand un texte vient jusqu’à atteindre la béance où il puise, il concerne ce que nous pouvons connaître de plus contemporain. C’est le cas du chef-d’œuvre surprenant de Sadegh Hédayat, La Chouette aveugle, célébré par André Breton.

Ce court roman est troué de textes anciens, de légendes lointaines, de rêves érudits, de cauchemars, d’espaces et de temps disjoints. Un peintre d’écritoires, enfermé dans sa chambre obscure, raconte le meurtre insensé qu’il a commis sur sa femme et le deuil infini qu’il en éprouve. Mais ce deuil ouvre sur ses propres ténèbres et sur ce qui se joue parfois dans le crime, une absence abyssale. Les abîmes déplient alors sur des temps contrariés et distincts, sur la manière dont les humains fabriquent leurs propres gouffres par ignorance, fanatisme, cruauté, bêtise.

Apprendre à désirer

Auteur(s): Gérard Amiel - Editeur: Éditions EME

Couverture du livre de Gérard Amiel : Apprendre à désirer

Traversé par un souci de transmission, cet ouvrage passeur des vérités constituantes qui dénaturent l’humain en un être de langage et de parole en rupture avec le reste du vivant met l’accent sur ce que notre culture ne cesse de réfuter en n’entendant toujours pas tenir compte des avancées de la psychanalyse, au risque d’aggraver non seulement le malaise individuel et singulier, mais encore d’abandonner le collectif à la tourmente.

Le livre a été écrit pour qui veut savoir. Il s’adresse à la jeunesse, aux nouvelles générations d’analysants comme à tous ceux qui s’intéressent à la psychanalyse, ouvrant un horizon que n’atteignent ni la philosophie, ni la religion, ni la science. Reprises pas à pas, les clefs qui éclairent la question de l’inconscient se révèlent des guides indispensables pour un sujet contemporain livré au retour des idéologies que l’on croyait éteintes.

Corps rassemblé

Auteur(s): Esther tellermann - Editeur: Editions Une

Couverture du livre "Corps rassemblé" - auteur : Esther Tellermann

Esther Tellermann, dans ce texte écrit suite à plusieurs visites de l'atelier du peintre Claude Garache, opère une remontée vers les origines, plonge les mains dans la première argile des hommes, pour faire surgir une matière des corps. Les poèmes remontent le temps comme une embarcation discrète, s'affranchissent du cadre, et reprennent l'histoire à sa source ; les époques tissées sous le sommeil des hommes, l'incarnation répétée, vers un visage individuel issu de la masse informe des visages. Vers une sœur : toutes les femmes. Esther Tellermann vient habiter le corps, lui rendre sa pesanteur, sa surface terrestre et son épaisseur. Elle invoque dans un même geste, solitaire et rouge, « le visible et l'absence ». Les symboles oui, les ors et les martres, les archipels et les églantiers, mais surtout les reins et cuisses, genoux, seins, nuques, paumes : comment le corps s'extrait des ombres, des silences, jusqu'à la brûlure et la blessure, celle de « la vie ouverte ».
Les rouges, les bleus, les gris et les verts sont ici des vapeurs antiques, des brumes entourant la question irrésolue de notre présence sur la terre, formes et âmes à demi transparentes, à peine esquissés déjà disparues. Ce corps rassemblé s'écrit contre la solitude, notre inquiétude et notre évanescence. C

Les enfants du quartier du Bataclan

Auteur(s): Fernando-Bayro Corrochano - Editeur: Maison d'Édition Langage - Distributeur Pollen
Couverture du livre "Les enafants du quartier du Bataclan"Les attaques terroristes survenues à Paris le 7 janvier, le 8 janvier et le 13 novembre 2015 laisseront derrière elles plus de 151 morts et 428 blessés, certains gravement atteints.
Comment cette violence a-t-elle pu affecter les enfants, notamment ceux du quartier du Bataclan ?
Ce livre essaie de répondre à cette question à partir des dessins d’enfants, « touchés » par tant de violence. Ces dessins et leur approche psychanalytique sont issus de la psychothérapie des enfants, dans un cadre d’Art-thérapie.
Cette publication rend hommage à ces enfants qui ont eu le courage de « figurer » le choc traumatique par le dessin, de « représenter l’irreprésentable », de « penser l’impensable »et de donner sens à cet « hors-sens » que l’extrême violence terroriste produit.

Un immonde sans limite, 25 ans après un monde sans limite

Auteur(s): Jean-Pierre Lebrun - Editeur: Point Hors Ligne chez Érès

Couverture du livre de JP Lebrun "Un immonde sans limite"À partir de diverses entrées – le social, la clinique, l’institution, le déclin du politique, l’épisode des Gilets jaunes, la fin de la loi du père… – se déplie la thèse du livre : vingt-cinq ans après Un monde sans limite, c’est un immonde sans limite que nous avons fait émerger.

Le livre décrit le changement d’hégémonie culturelle qui nous emporte depuis une quarantaine d’années. Fin du patriarcat et fin de la religion comme mode de vie en société nous ont entraînés vers un individualisme exacerbé qui a déconnecté le citoyen de son implication dans le lien social. L’avènement de « l’individu total », de celui qui ne doit rien à la société mais peut en revanche tout exiger d’elle, construit notre société de « l’immonde », caractérisée par la disparition de la limite reconnue collectivement. L’auteur en analyse les conséquences sur la vie psychique, la vie politique, la clinique, l’éducation et montre la place que les psychanalystes ont encore à y tenir.

La psychanalyse refoule-t-elle le politique ?

Auteur(s): Roland Chemama - Editeur: Erès

Couverture du livre de R.Chemama"La psychanalyse refoule-t-elle le politique"

Les psychanalystes relèvent, depuis surtout deux ou trois décennies, que les mutations des discours sociaux ne sont pas sans effet sur la subjectivité individuelle. Ils ont plus de mal à penser, malgré quelques indications de Lacan, que « l’inconscient c’est la politique ». L’inconscient, affirme-t-on généralement, c’est la présence en nous de l’infantile et du sexuel. Mais une telle définition ne nous ferait-elle pas manquer quelque chose ? Ne témoigne-t-elle pas d’une conception réductrice de l’objet de la psychanalyse, une conception qui interdit de voir, par exemple, la place centrale qu’a la question du pouvoir dans l’inconscient ? Pire, ne repose-t-elle pas sur un véritable refoulement ?

Ce livre entreprend de lever ce refoulement. Loin de tout simplisme qui inciterait l’analyste à « prendre parti », l’auteur aborde de très nombreuses questions – du sujet à l’objet, du désir au fantasme, du plaisir à la jouissance – que la psychanalyse contemporaine pourrait avoir à élaborer autrement.

Revue lacanienne n° 20 "Du refus de savoir"

Auteur(s): Collectif - Editeur: Erès

Couverture de la revue lacanienne numéro 20 "Du refus de savoir"

Dès les années 1956, Jacques Lacan rapprochait l’opposition méconnaissance-savoir de la problématique platonicienne episteme-doxa, organisation d’un savoir valorisé, et sa forme dite dégradée ; il y reconnaîtra la structure du sujet dans le champ du politique.

Les modalités du refus de savoir recouvraient alors plus ou moins parfaitement les mécanismes de défense qui constituent l’essentiel de la clinique quotidienne du psychanalyste : mensonge, refoulement, déni, récusation, forclusion, passion de l’ignorance… Ces mécanismes se retrouvent encore dans l’espace social, tant au niveau individuel que collectif et doivent être interrogés au regard des derniers développements de la recherche de Jacques Lacan.

Pages